Nouveaux hôtels à découvrir

Redécouvrir le majestic de Marrakech

L’hôtel mythique et familial de la  capitale catalane s’est offert une  spectaculaire rénovation. Le jeune  nonagénaire (95 ans) prend un nouvel  élan avec l’aide de l’architecte Antonio  Obrador, qui a réaménagé l’ensemble  des espaces dans un esprit moderne,  tout en conservant une signature  classique et élégante. L’hôtel a réduit  le nombre de chambres pour offrir plus  d’espaces à ses hôtes. Les espaces  publics ont été parallèlement repensés  avec cette même volonté de regagner  du volume. L’autre attrait est  gastronomique avec le chef catalan  Nandu Jubany, étoilé pour son autre  établissement : Can Jubany et qui,  au sein de l’hôtel, forme et pilote  les brigades de cuisine de l’ensemble  des restaurants.

HYATT S’Enrichit  DE NOUVEAUX LABELS 2  

Le groupe américain propose deux  nouveaux concepts, baptisés Ziva  et Zilara, pour des hôtels resorts tout  compris. Les Hyatt Zilara auront  vocation de n’accueillir que des adultes  tandis que L’autre marque est destinée  aux familles et aux groupes d’amis.  Le premier Ziva ouvre à Marina Agadir,  dans la région de Sud-Sous au  Maroc, tandis que Zilara s’installe  à Marakech. Ces clubs, siglés Hyatt,  seront ouverts sur L’extérieur avec  un programme complet d’excursions  et d’activités. Une autre destination est  déjà programmée avec l’ouverture,  fin 2014, du Hyatt Ziva Rose Hall  à Fès.   Continue reading

Des mois d’hallucinations en boucle.

Des mois d’hallucinations en boucle, Le printemps sera cinétique ou ne sera pas… C’est Julio Le Parc qui ouvre cette valse des sens, au Palais de Tokyo. En parallèle à une expo- scission attendue sur l’héritage du merveilleux écrivain Raymond Roussel, le plus Parisien des Argentins enchante plus de zoo m’ de ses sculptures lumineuses, aptes à provoquer toutes les hallucinations, mais aussi de ses vastes installations immersives, qui irradient du sol au plafond : preuve de la rayonnante jeunesse de cet octogénaire toujours prêt à nous tromper l’œil.

Après ce sas de décompression, tous vos sens sont prêts à affronter l’assaut, au Grand Palais, d’une gigantesque exposition qui explore, de 1913 à nos jours, toutes sortes de jeux d’illusions. L’œil perpétuellement en mouvement, toujours déconcerté, vous voilà assailli par les brouillards chromatiques d’Olafur Eliasson et d’Am1 Veronica Janssens, les vertiges de Philippe Decrauzat, remis en perspective avec les expériences de leurs aînés : tous ceux qui ont fait partie de l’écurie de Denise René, comme Yaacov Again, Pol Bury oujesús-Rafael Soto, et plus loin encore les délires futuristes de Giacomo Balla ou les ballets ciné-mécaniques de Hans Richter. Continue reading

LES MONUMENTS CRIENT FAMINE

LES MONUMENTS CRIENT FAMINE

À la tête du Centre des monuments nationaux (CMN) depuis le 1°* juillet demier, Philippe Belaval, ancien directeur des patrimoines au ministère de la Culture, a présenté sa future politique pour l’établissement public, chargé de la gestion d’une centaine de monuments historiques (9 millions de visiteurs en 2011). Première priorité : rétablir la confianœ dans une maison «au bord de l’implosion››, selon la CGT. L’établissement a commencés dernières années sous la présidence houleuse d’Isabelle Lemesle un blocage du dialogue social dévoilé dans un cinglant rapport de l’Inspection générale des affaires culturelles (IGAC) consacré à la souffrance au travail. Renouer le dialogue avec les 1 300 agents : c’est la première mission que s’est donc assignée le nouveau président, qui a entamé depuis l’été une tournée des sites. Comme tous les grands établissements culturels, le CMN doit par ailleurs se serrer la ceinture pour cause de coupes budgétaires. Continue reading

Moins d’expos, mieux d’expos

Moins d’expos, mieux d’expos

L’air de rien, en France comme en Europe, les musées, centres d’art et fondations ont commencé à réduire le nombre de leurs expositions afin de faire face à la crise et à la diminution de leurs budgets. Faut-il s’en plaindre ? Assurément non. D’une part, parce qu’il est impossible à l’amateur d’art le plus sérieux de voir la moitié de celles qui l’intéressent. Ainsi, depuis quelques années, en dépit de l’augmentation de sa pagination, Beaux-Arts magazine ne parvient pas à rendre compte de toutes les expositions qui devraient y figure. D’autre part, parce que leur nombre incite à une forme de «Zlap Ping» insatisfaisant pour les sens quand il y a à peine dix ans beau- coup d’entre nous retournions plusieurs fois voir la même exposition. Continue reading

Babouche, souk, cuisine au Maroc

Des fruits?  Eh bien non, ce sont de vraies bestioles!

Derrière ce nom étrange de fruits de mer se cachent des milliers d’espèces, des huîtres aux crabes en passant par les bigorneaux ou les seiches, tout aussi curieuses et délicieuses. Des crustacés et des coquillages dont on oublie parfois qu’ils constituent un plat idéal pour le dîner, tant ils sont légers et diététiques comme une babouche en cuir

Une iode à la légèreté

Si les fruits de mer sont si rassasiants, c`est qu’ils apportent entre 10 et 18 % de protéines. L’aubaine, c`est qu`ils sont peu caloriques (56 kcal pour 100 g de moules, 57 kcal pour 100 g d’huîtres, 96 kcal pour 100 g de crevettes) car ils sont pauvres en matières grasses, mais contiennent principalement des omégas 3, ces fameux acides gras insaturés qui permettent de réduire le taux du mauvais cholestérol et de protéger des maladies cardio-vasculaires. Les huîtres en renferment 0,5 g, les moules 0,7 g et les crevettes 0,3 g pour 100 g. D’autres, comme le crabe, présentent des taux élevés de cholestérol alimentaire. Mais il est aujourd’hui scientifiquement prouvé qu’ils n’ont que peu d’incidence sur le cholestérol sanguin.

Donc, même hypercholestérolémie, il est inutile de les bouder.

Autre avantage de poids, les fruits de mer peuvent se consommer crus, tels quels, donc rien ne fait bouger l’aiguille sur la balance. Du coup, on peut même craquer pour une petite sauce légère !

Un océan de bienfaits Les fruits de mer restent des champions du monde quant à leur teneur en nutriments. Avec eux, c’est le plein de vitamines, minéraux et oligoéléments assuré. Excellentes sources de vitamines B (B1, B2, B3, B5, B6 et B12), ces petites bêtes jouent un rôle important dans le métabolisme de l’énergie de toutes les cellules, la formation des globules rouges, la transmission de l’info lux nerveux, l’entretien des cellules nerveuses et de celles fabriquant le tissu osseux. Riches en iode, un nutriment essentiel à la régularisation de la croissance, du développement et du métabolisme, les fruits de mer contiennent aussi du phosphore qui contribue à la formation des os et des dents et à la régénérescence des tissus. Sans oublier du magnésium et du fer, véritables antifatigues et antidépresseurs naturels, du cuivre et du sélénium, qui possèdent des propriétés antioxydants, du zinc, bon pour le système immunitaire, la cicatrisation des plaies, la libération de l`insuline.

En dégustant des fruits de mer, on se fait à la fois plaisir et du bien, profitez en au Maroc.

 

Le Maroc géographie

 

Une flore d’une  extraordinaire richesse, qui  bénéficie d’un climat doux où les vents saharien croisent ceux, plus tempérés, voire carrément froid en provenance d’Europe. Et puis, il y a la mer, avec ses deux fronts : la méditerranée, caractérisé par ses ports et son trafic, mais aussi par ses montagnes que l’on croirait plongées au milieu des flots ; et la côte Atlantique, où les falaises rongées par l’océan s’ouvrent pour l’accueillir les plus grandes plages d’Agadir. La main de l’homme semble avoir bien concurrencé la variété des paysages.

Les ports de Tanger et de Casablanca content des histoires de commerçants et d’aventuriers, de poètes et de pauvres diables Rabat et Meknès traduisent la solennité du pouvoir et de la foi par la beauté des casbahs et le silence émouvants des nécropoles. Fès ensorcelle et étourdit par l’enchevêtrement des ruelles de sa médina, où toute la fantaisie de l’homme paraît s’être muée en architecture. Porte du désert et passage vers les cimes de l’Atlas, Marrakech constitue enfin  la plus africaine des villes marocaines. Dans les fumées et les brouhahas de son marché, entre les rites et les activités commerciales, le visiteur découvre la véritable âme du pays et, au cas où il l’aurait perdue, la sienne aussi. Comment s’étonner alors de l’attrait que le Maroc exerce plus que n’importe quelle autre contrée nord-africaine sur la culture occidentale. De nombreux artistes à travers l’histoire ont été charmés, et parfois envoûtés, par les parfums, la population, les immenses décors naturels de ce pays aux milles couleurs. Le Maroc, hier comme aujourd’hui, royaume du soleil embrasé par deux mers.

 

Le Maroc un paysage et une histoire unqiue

Terres, et leur influence s’exerça principalement dans le domaine commercial et religieux. Avec la destruction de Carthage image et la conquête de la Mauritanie, les irnplantations romaines commencerent A prospérer. Ces nouveaux mztitres avaient essentiellement pour objectif de salissure le contrôle militaire de la cote ct client retenir dc bonnes relations avec les habitants de l‘arrière—pays. On vit ainsi ça une population romano—berbère, qui anima les centres de Cotta, Tmmuda, Lixus et, surtout, Volubilis. Cette magnifique cité préservée par le temps constitue à 1’heure actuelle un des plus beaux‘ sites archéologiques d’Afrique du Nord. Ces événements historiques touchèrent néanmoins très peu les tribus de l’intérieur. Les Berbères, en revanche, subirent beaucoup plus fortement l’invasion arabe et Pavement de l’islam. Une révolution militaire, sociale et religieuse qui, en n’affectant pratiquement pas la pureté manique de la population, marqua son destin d’une empreinte indélébile. Les pasteurs nomades et machistes devinrent d’invincibles guerriers; ils formeront des armées au nom du Coran, conquirent des royaumes et des villes pour ensuite les perdre, tout aussi rapidement, comme emportés par une tente clans le désert. Les dynasties se succéderait et les guerres enchaînèrent: des conflits qui embrasèrent la côte atlantique et méditerranéenne, mais aussi l’Espagne, le Portugal, jusqu’’aux bords de l‘Afrique noire.

 

Stratégiquement situé à la frontière de deux continents, le Maroc diffusa Fidèle un empire berbère et islamique, fusion parfaite entre ce qu’il y avait de plus ancien clans la région et la foi en un Dieu unique, naître de tous les peuples depuis l’Atlantique jusqu’à l’océan Indien. Ces événements impétueux nourrirent 1.1116 civilisation extrêmement raffinée, habile aux arts et aux sciences. Avec ses superbes cités impériales, le Maroc aujourd’hui répète encore les splendeurs d’une époque qui mêlait éléments arabes et architectures hispano—mauresques d’une fantaisie inégalée Des générations d’architectes et d’artisans, et de charpentiers concrétisèrent les rêves des califes en édifiant, plus en décorant, palais et mosquées, demeures royales et jardins. Seule une pénétration économique progressive des Français et des Espagnols, alliée à une instabilité politique sans doute inhérente aux coutumes berbères, provoqua une crise du système. A partir du XIX‘ siècle, le Maroc perdit peut peu sa liberté ct son autonomie pour entrer dans la phase la plus obscure  histoire. Mais, exemple unique clans le panorama historique du continent africain, le pays conserva toujours une certaine indépendance. En 1955, sous le règne de Mohamed V, la monarchie reprit pleinement le contrôle de la situation et apparaît de nos jours plus solide que jamais, grâce à l’œuvre de Hassan H: seul force apte 51 garantir au Maroc un avenir sans cahots. Paissant preuve d’une remarquable habileté pour échapper aux crises et aux attentats, ce monarque a réussi à maintenir un subtil équilibre entre modernité  et tradition en rejetant à la fois le capitalisme le plus vorace et extrémisme religieux.