Ménopose à 46 ans

Hormonaux dès 40 ans

Les hormones féminines commencent parfois à jouer au Yo-yo dès la quarantaine, donc  bien avant la ménopause. D’étranges phénomènes se produisent alors… Mieux les connaître  vous aidera à ne plus subir leurs caprices et à vous sentir mieux dans votre corps.

Lucie, 46 ans, se plaint  d`une tendance récente à  prendre du poids et à gonfler, ainsi que d’une fatigue persistante due à des nuits souvent « hachées ››. « Du coup, je supporte plus  mal le stress et je m’emporte pour un  rien. Je ne me reconnais plus ››  À 44 ans, Isabelle avoue d’autres  soucis: « J’ai toujours eu des cycles  menstruels réglés comme une horloge. Mais depuis l’été dernier ; c’est  l’anarchie complète: je saigne deux  fois dans le mois, puis je n’ai plus rien  avant 40 jours Mes règles sont également plus abondantes et s’accompagnent de seins douloureux, durs et  tendus comme des ballons Lorsque  j’ai consulté ma gynécologue, elle  m’a parlé de pré ménopause. Ça  m’a plombé le moral, je pensais que  c’était encore loin. ›› Pour les générations précédentes, franchir le cap  de la quarantaine était souvent vécu  comme un couperet sifflant le tin de la jeunesse. Mais aujourd’hui, une  femme de 40 ans se sent pleinement  épanouie, performante dans tous les  domaines et toujours prête à rivaliser  sur le plan de la séduction.  Des règles de moins en  moins bien réglées  Elle se retrouve d’autant plus désarmée si son corps commence à lui  jouer des tours. Hélas, le cas n’est pas  rare car, lors de la cinquième décennie, on ne récolte pas seulement le  fruit de tout ce que l’on a semé, on  aborde aussi une période de transition un peu mouvementée.  C’est l’un des tout premiers signes: alors que nos règles avaient la fiabilité d’un métronome, voici que des  saignements débarquent sans crier  gare et qu’on ne peut plus rien pré-  voir. « Les cycles peuvent d d’abord  raccourcir; puis rallonger; ou faire  les deux alternativement chez la  même femme, constate le Dr David  Elia, gynécologue. Ils reflètent ce  qui se passe au niveau des ovaires. Il  faut imaginer ces glandes sexuelles  comme un robinet å hormones qui  se ferme, puis se rouvre, parfois totalement et parfois seulement à moitié. ›› Ce « grand n’importe quoi ››  peut s`accompagner d’un syndrome  prémenstruel gênant: seins douloureux, ballonnements, gonflement  des jambes et du visage… Pas très  réjouissant, certes, mais pas de quoi  s’affoler non plus: il est normal que  le corps se prépare à la ménopause  et il existe des solutions.

 

Dites, docteur… 

Un dosage hormona est-Il utile?  La diminution du taux l’unité de gynécologie pouvez arrêter votre aux femmes qui souhaitent  d’hormones n’étant pas endocrinienne à L’hôpital: le « robinet à encore être enceintes et à  linéaire, le dosage hormonal Cochh-Port-Royal (Paris). Hormones » peut très bien obélies qui n’ont plus d’utérus  s’avère assez peu fiable. Mais elle peut-être élevée être fermé à un moment (donc plus de règles). Seule  pause et donnée fonctionner à certitude, et elle n’est pas  stimulante) augmente normale quelques semaines nouveau deux mois plus tard. Fournie par la réponse du  lorsque les œstrogènes se avant. » Méfiance, donc, sl on Ces dosages foumlssent laboratoire: une femme est  ranéflent, explique le Pr Anne vous recommande me prise une Indication intéressante ménopausée après un an  Gompei, responsable de de sang pour savoir si vous seulement dans deux cas: d’arrêt des règles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *