SHOPPING BOBO CHIC MADE IN BREIZH

Légendaire et trendy, Quimper a la créativité dans  le sang et le quartier de la cathédrale regorge de  boutiques, librairies et disquaires inspirés. Dans la rue  des Boucheries, autrefois occupée par les étals  de viande, on peut craquer pour un pull Saintjames  ou une création de l’atelier Couleur et Verre, céder  aux chocolats de la Maison Georges Lamicol ou  faire une pause au Bistrota lire – un salon de thé-  librairie qui accueille les écrivains nomades comme  des ateliers de carnets de voyages. Toujours dans la  même rue, la boutique de Pascal Jaouen, le brodeur  styliste facétieux qui dessine les costumes de scène  de Nolwenn Leroy : difficile de résister, surtout  lorsque l’artiste revisite la traditionnelle marinière par  l’aiout d’une broderie audacieuse… Rue Kergariou,  le lèche-vitrine se poursuit de plus belle, entre galerie  de peinture et spécialiste des livres anciens.  Le shopper tombe en arrêt devant Rose Bunker,  un concept store spécialisé dans les pièces vintage et  accessoires fabriqués a partir de matériaux recyclés.  Quimper est une véritable ville-tentation… Rue  Kéréon, œ seront Les Macarons de Philomène, et  8.0 Carré rue du Chapeau Rouge : 100 % bretonne,  la marque recycle les voiles de bateaux pour créer  des accessoires et du mobilier évoquant l’univers  des régates comme les lointains horizons…

DU COTÉ DE LA CATHÉDRALE SAINT CORENTIN

Ville d’arrêt d’histoire ponctuée de placettes et  de ruelles pavées, d’anciennes auberges a pans de  bois et de maisons bourgeoises en granit, Quimper  est indissociable de sa cathédrale, véritable chef-  d’œuvre de l’art gothique breton. Ses deux flèches  servent de points de repère aux promeneurs qui  aiment se perdre dans les rues aux noms évocateurs  des vieux métiers d’autrefois. Dominée par  une statue équestre du roi Gradlon, que la légende  considère comme le père fondateur de Cornouaille,  la cathédrale est une œuvre grandiose dont  la réalisation s’est étendue sur près de six siècles.  Voussures peuplées d’anges, voûte ù croisées  d’ogives et vitraux des XV l’ et XIX’ siècles forment  un ensemble majestueux ù peine entamé par une  étrange déviation de la nef au chœur. Nécessité de  construction ou orientation symbolique évoquant la  tête penchée du Christ sur la croix 3 Qn s’interroge  encore lorsque l’on revient ù la lumière du jour, happé par les rues charmantes où des artistes anonymes ont sculpté des personnages qui s’avèrent autant de guides burlesques, protecteurs ou menaçants. Des gargouilles de la cathédrale a  l’ange musicien de la rue René Madec en passant  par la paysanne fouesnantaise de la rue Kéréon  et les Cariatides de la rue du Guéodet, c’est tout  un univers artistique qui se dévoile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *